Je médite, tu médites, nous méditons !

En reprenant le yoga, j’ai aussi commencé la méditation. Ces deux disciplines vont souvent de paire car elles sont très complémentaires. Un esprit sain dans un corps sain, ça vous dit quelque chose? C’est exactement de cela qu’il s’agit ici !

break-1736072_960_720


Mais heu… c’est quoi au juste?
Méditer, ça ne veut pas forcément dire s’asseoir en position du lotus en faisant « aouuuuum » d’un air très sérieux. Ce n’est qu’une méthode parmi d’autres, il existe des dizaines de techniques et d’exercices, et chacun doit trouver ce qui lui convient le mieux. Pas non plus besoin d’être « spirituel » ou « croyant » pour méditer, c’est un exercice qui peut se faire indépendamment de toute pratique religieuse.

Le but du jeu, c’est tout simplement de s’asseoir et d’être présent, en se concentrant sur sa respiration, en laissait les pensées traverser son esprit sans s’y attarder, et en oubliant pour un petit moment toutes les obligations, responsabilités et inquiétudes qui nous poursuivent au quotidien. Comme pour toutes les disciplines, plus on pratique régulièrement, plus cela devient facile, c’est pourquoi il est recommandé de méditer tous les jours. J’ai facilement pu intégrer mes séances de méditation dans ma routine quotidienne. En général, je médite juste après le yoga, car je suis déjà très détendue, plus ouverte à l’idée de me poser dix minutes sans bouger. Il m’arrive aussi de méditer pendant la journée, quand j’ai du mal à me concentrer sur mon travail ou que j’ai vraiment besoin de recharger mes batteries en temps limité.

Et… ça marche?

Pour être honnête, il y a des matins où je me retrouve assise pendant 10 minutes à me demander ce que je fais là, d’autres où je me laisse embarquer par mes pensées et où je passe ma séance de méditation à réfléchir à un projet ou à planifier mon menu hebdomadaire, d’autres encore où j’attends clairement la sonnerie qui marque la fin de l’exercice parce que je n’arrive pas à me concentrer.

Mais plus je pratique, plus c’est rare, et après une « bonne » séance de méditation, je sens bien que j’ai l’esprit moins encombré, je peux aborder ma journée avec un « horizon » dégagé, prête à aborder les difficultés une par une plutôt que de les voir comme une masse informe et insoluble. Et il y a quelque chose de magique et de plaisant dans le fait de ne rien avoir à faire, d’être détachée de toute obligation, pendant ces quelques minutes par jour. Lorsque je ne médite pas pendant plusieurs jours, je sens la différence au niveau de mon comportement et de mes émotions, et cela m’incite souvent à dérouler mon tapis dès le lendemain !

Sur le plus long terme, j’ai aussi constaté des changements très positifs :

  • Je suis plus calme tout au long de la journée : je me rends compte que je gère mieux mon anxiété et mes sautes d’humeur, il m’est plus facile de relativiser lorsque les choses ne tournent pas comme je le voudrais. Bon, hier toute la méditation du monde ne m’aurait pas empêchée d’hyperventiler en apprenant que la banque m’avait paumé un assez gros virement… Mais pour les choses moins « sensibles », ça aide vraiment beaucoup !
  • Je suis plus présente : je suis moins dans mes pensées, notamment pendant mes cours, je « décroche » beaucoup moins souvent et je suis plus focalisée sur ce qui disent et font mes élèves car je ne me laisse plus déranger par des pensées parasites.
  • Je suis plus concentrée : il est plus facile pour moi de me focaliser sur une tâche, ou de ne penser qu’à une seule chose à la fois, ce qui m’aide beaucoup à être efficace et organisée, et donc moins épuisée à la fin de la journée.

Ok mais comment on fait?

L’avantage de la méditation, c’est que vous n’avez pas besoin de beaucoup de matériel. Je m’assieds en tailleur sur mon tapis de yoga, un peu surélevée grâce à une couverture pliée, je ferme les yeux, et … voilà! Ca marche aussi dans votre lit, en prenant le bus ou le RER (si si c’est possible, peut-être pas à l’heure de pointe, mais je vous garantis que c’est faisable!), sur un banc dans un parc, et même en voiture (côté passager nous sommes bien d’accord…).

Pratiquer la méditation ne demande pas non plus un grand investissement en temps. Je médite 10 minutes par jour en moyenne (ça fait déjà un peu plus d’une heure de méditation par semaine au total!), ce n’est pas un laps de temps très difficile à caser dans un emploi du temps! Idéalement, j’aimerais bien ajouter une deuxième séance de méditation le soir, si possible avant d’aller dormir, à voir si j’y arrive lorsque mon planning sera un peu moins chargé !

J’alterne entre des méditations guidées et des séances plus libres, pendant lesquelles je profite du silence. J’aime aussi allumer une bougie parfumée de temps en temps. Le mieux est d’avoir un endroit chez soi dédié à cette pratique, il n’a pas besoin d’être très grand, juste un coin dans une pièce où vous pouvez placer votre chaise/tapis/coussin, et éventuellement un peu de déco ou de quoi faire brûler une bougie/un peu d’encens si vous en avez envie. Actuellement, je dois déménager la moitié du salon pour dérouler mon tapis de yoga et de méditation, même si cet échauffement obligatoire a ses avantages, j’espère ne pas avoir à faire la même chose dans notre prochain appartement !

Et niveau budget? Il vous faut des vêtements confortables (un pyjama ou une tenue de yoga c’est très bien!), de quoi vous assoir (vous avez bien une chaise, un coussin ou une couverture chez vous?), et… c’est tout ! Personnellement j’ai testé plusieurs applications, et j’en utilise une pour les méditations guidées et pour garder une trace de mes différentes séances mais ce n’est absolument pas nécessaire et… ça fera l’objet d’un prochain article !

Publicités

2 réflexions sur « Je médite, tu médites, nous méditons ! »

  1. J’ai commencé la méditation en avril, alors que j’étais surbookée. Comme toi, 10 minutes par jour aussi. Mais le soir car le matin je craignais trop de me servir de l’excuse du manque de temps. Ça m’a aidé à survivre à cette année particulièrement intense et stressante, je pense. Le problème est que j’ai arrêté en juillet et que là je n’arrive pas à recommencer, alors que j’ai plus de temps, c’est fou. Bon après j’ai toujours un gros manque d’énergie et de motivation en octobre/novembre, au pire j’attends que ça passe.
    Pour ma part je fais ça assise sur mon lit, avec une plaid plié sous les fesses pour me surélever (sans c’est très inconfortable en fait, c’est assez bizarre).

  2. Bonjour/ Bonsoir,
    Pour ma part je médite aussi tous les jours 10/15mn au boulot durant ma pause déjeuner et j’avoue ça me rebooste bien. J’arrive à m’isoler alors que je travail dans une école.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s