Les bonnes résolutions d’une Marmotte freelance (2)

Il y a deux semaines j’ai commencé à vous parler de mes bonnes résolutions pour l’année 2017. Depuis, la grippe est passée par là, puis une bonne surcharge de travail, et je n’ai pas pu écrire pendant quinze jours. On continue la liste des choses sur lesquelles je vais essayer de travailler l’année prochaine…

pencil-1891732_1920-1

2) S’organiser, planifier et … prioriser ! 

Pendant des années, je me suis définie comme quelqu’un de pas très organisé. Je pensais naïvement que je n’en avais pas besoin. Après tout, j’avais une bonne mémoire, j’allais retenir toutes les infos nécessaires, non? Les planners et autres agendas, c’était pour les perfectionnistes. Moui. Ca a fonctionné plutôt bien pendant mes études et mes premières expériences professionnelles, parce que j’avais un planning fixe à gérer, et toujours les mêmes choses à faire à peu près au même moment. Et puis je suis devenue auto-entrepreneur…

Entre les rendez-vous qui changent toutes les semaines au gré des cours de conduite, des épidémies de gastro, des obligations professionnelles des parents et des « 1 week-end sur deux et la moitié des vacances » des familles recomposées, les projets de traduction, les différentes collaborations, les impôts divers à payer à différentes dates, la formation au CNED avec les devoirs à rendre, ce n’était tout simplement plus possible, mon cerveau explosait, mon anxiété atteignait des seuils aussi hauts que l’Everest, et j’étais absolument dispersée et ineficace.

Depuis le mois d’avril, je me soigne, à coups de Google Agenda et de Bullet Journal (en français ici). Et ça va mieux. Je garde un oeil sur mes deadlines, j’ai une vision d’ensemble à la semaine, au mois et à l’année, je peux travailler sur mes différents projets sans me sentir surchargée, et ne perdre aucune info en cas d’imprévu ou de maladie… En plus, il y a un côté assez relaxant à préparer ma semaine ou ma journée, et c’est devenu un rituel qui me permet d’aller me coucher l’esprit calme et la conscience tranquille. J’ai encore un peu de mal à définir des priorités, et du coup j’ai des to-do lists de 10 kilomètres de long, donc si vous avez une méthode, je suis preneuse !

Une autre chose que j’aurais peut-être voulu savoir avant de me lancer, c’est que travailler pour soi, chez soi, peut vite devenir synonyme de travailler TOUT LE TEMPS. Bien sûr, ça n’a rien de très spontané de planifier du temps « pour soi ». Imaginez le romantisme  et la fantaisie de crier d’un bout à l’autre de l’appartement « mon cooooooooeur, quand est-ce qu’on va au ciné ? Faut que je le note dans mon bullet journaaaaaal? ». N’empêche que ça fonctionne, que ça fait du bien et que si c’est ce que je dois faire pour m’obliger à déconnecter du travail, ce genre de conversation, et les tâches intitulées « pause Netflix » et « finir de tricoter la chaussette bleue » vont se multiplier en 2017 !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s